Accueil » Société » Santé » Recherche clinique, le Maroc à la traîne

Recherche clinique, le Maroc à la traîne



Au point mort depuis plus de deux ans au Maroc, la recherche clinique revêt pour autant une importance considérable dans la prise en charge des patients. En effet, les essais cliniques sont des recherches effectuées sur des nouvelles procédures diagnostiques ou thérapeutiques utilisées chez l’homme. L’objectif étant de mettre l’innovation médicale au service des malades. Mais cela pose certains problèmes éthiques, législatifs ou économiques.

Qu’en est-il au Maroc ? Pourquoi les essais cliniques sont à l’arrêt, quelles sont les perspectives de développement de ce secteur et quel gain représente-il pour l’État et pour les patients ? C’est pour répondre à toutes questions que le Pr. Chakib Nejjari, directeur du Laboratoire d’Epidémiologie et de Recherche Clinique de Fès, a organisé une rencontre avec la presse récemment à Casablanca.

Selon LE Pr. Nejjari, la majorité des nouveaux médicaments est développée aux USA et en Europe, au Maroc les essais cliniques sont rarissimes. D’où l’intérêt de se pencher sur secteur. « La recherche est un domaine qui doit intéresser aussi bien les usagers et les professionnels de la santé, que les pouvoirs publics, vivement appelés à l’inscrire parmi leurs orientations majeures en politique de santé. » L’idée étant de faire de l’innovation médicale un objectif à même de permettre aux patients de bénéficier des nouveautés thérapeutiques. Or, cela ne peut se faire sans l’implication de tous dans un projet national, un cadre légal clair et un apport financier à même de permettre un travail selon les normes et standards internationaux.

A cette occasion, le Pr Nejjari a rappelé que  le développement d’un nouveau médicament obéit à une série d’étapes avant d’arriver dans les officines. En effet, le domaine de la recherche demeure méconnu. Lorsqu’on évoque la recherche, on pense systématiquement au laboratoire alors qu’il existe des essais cliniques dont le bénéfice va directement aux patients. Dans certains pays, il y a des fonds qui sont spécialement dédiés à ce genre de recherche, du moment que les essais cliniques sont dilués dans la recherche globale.

« Mais, au-delà de cet impact positif sur le développement de la recherche scientifique dans notre pays avec tout ce que cela implique comme conséquences sur la formation initiale et continue des professionnels de la santé, une telle volonté politique a également des répercussions économiques importantes surtout si l’on sait que ce domaine est pourvoyeur d’emplois et d’investissements. », ajoute la même source.

Absence de loi

Le Maroc dispose d’un important potentiel, grâce aux moyens structurels et humains existants, qui peut lui permettre de devenir un pôle d’excellence dans ce domaine, comme le montrent les indicateurs bibliométriques internationaux enregistrés depuis 2004.  Toutefois, il reste à la traine, dans ce domaine par rapport à d’autres pays à au statut similaire (Afrique du Sud, Tunisie, Egypte). « Des mesures dans ce sens s’imposent de toute urgence. Celles-ci se rapportent principalement à une volonté politique affichée, à l’existence de budgets et de personnel qualifié, mais surtout à une réglementation qui préviendrait tous dépassements ou abus. », conclut le Pr Chakib Nejjari.

En effet, le Maroc a effectué des progrès sur le plan des essais cliniques, mais les avancées restent limitées. D’autant plus qu’il n’existe pas de coordination entre les différents comités d’éthique, partant les informations, les expériences et les résultats ne sont pas relayés. Alors comment développer le domaine de la recherche ? Selon Pr Nejjari, il faut insister sur la formation initiale et continue des professionnels de la santé à la recherche clinique, il faut faire en sorte d’appliquer les recommandations internationales et enfin il faut accélérer la légalisation de ce secteur. Les essais cliniques sont la meilleure façon pour améliorer les soins. La recherche clinique doit obéir aux priorités du pays, à ses intérêts, il y a des maladies qui sont spécifiques à certains pays. Les essais cliniques vont permettre de connaître les pathologies qui sont spécifiques au Maroc. Partant, il faut une réorganisation de la recherche clinique au Maroc et une volonté politique pour la développer.

Leila Ouazry

_________________________________________________________

La recherche clinique

La recherche clinique est réalisée sur l’Homme afin d’améliorer la connaissance sur un médicament ou une pathologie. C’est le domaine des essais cliniques. Ils interviennent après une batterie d’essais, d’études et de recherches obligatoires réalisés principalement sur des cultures cellulaires et sur des animaux. Ces études de pharmacologie expérimentale se déroulent en laboratoire et permettent d’établir des pistes scientifiques et de déterminer les premières doses à administrer à l’homme : c’est qu’on appelle la phase pré-clinique.

L’essai clinique chez l’homme permet ensuite d’étudier et de s’assurer des propriétés de molécules.

Dans la phase I les essais sont, réalisés chez le volontaire non malade. Elle permet de déterminer la posologie optimale du produit en termes d’efficacité et de tolérance. La phase III  permet de démontrer l’intérêt thérapeutique du médicament et à en évaluer son rapport bénéfice/risque.   C’est à l’issue de la phase III que les résultats peuvent être soumis aux Autorités pour l’obtention de l’autorisation de commercialisation appelée AMM

Les essais de phase IV sont réalisés une fois le médicament commercialisé. La pharmacovigilance permet ainsi de détecter des effets indésirables très rares qui n’ont pu être mis en évidence lors des autres phases d’essai.

Plus d'infos

actualités maroc : Le Women’s Tribune, l’engagement d’une association

Le Women’s Tribune, l’engagement d’une association

Sous le Haut Patronage du Roi Mohamed VI et afin de célébrer l’engagement de la femme, le Women’s Tribune est de retour pour une 5e édition, les 5 et 6 mai 2014 à Essaouira. Cette édition pro…

actualités maroc : Santé dentaire :  Une parodontie peut provoquer une perte de dents

Santé dentaire : Une parodontie peut provoquer une perte de dents

  La parodontopathie est la cause principale de la perte des dents chez l’adulte de moins de 30 ans. Maladie chronique provoquée par une accumulation ou un amas de bactéries qui se dépos…

actualités maroc : Découverte de la 1ère exoplanète habitable de même taille que la Terre

Découverte de la 1ère exoplanète habitable de même taille que la Terre

Une équipe internationale d’astronomes a découvert la première planète hors du système solaire d’une taille comparable à la Terre et sur laquelle les températures permettent à l’…