Accueil » Société » Social » Insaf se mobilise pour les mères célibataires

Insaf se mobilise pour les mères célibataires



A l’occasion de la journée nationale des droits de la femme,l’association Insaf a organisé une rencontre le samedi 13 octobre 2012 , sous le thème « éliminons les discriminations et violences à l’égard de la mère célibataire et son enfant ». L’objectif de cette rencontre était de présenter le vécu de la mère célibataire et son enfant ainsi que les contraintes de leur prise en charge par les acteurs institutionnels et sociaux concernés. 

Selon une étude nationale réalisée par Insaf en 2010 sur les « mères célibataires au Maroc », 27200 femmes, dont 62 % étaient âgées de moins de 26 ans, ont accouché en 2009 d’un bébé en dehors des liens du mariage  . Dès leur grossesse, ces femmes sont « poussées » en dehors de leurs milieux affectifs et de leurs réseaux sociaux et sont confrontées avec leurs enfants à l’exclusion et la violence qui , conjuguées à l’analphabétisme et à la pauvreté conduisent des femmes à envisager le suicide ou même parfois l’infanticide.

Selon Aicha Chenna, Présidente de l’Association Solidarité Féminine « la mère célibataire au Maroc s’inscrit dans une conception économique de vulnérabilité, de nombreux chocs s’enchainent et s’abattent sur elle, entravent son potentiel de réponse et la mènent à renouer avec l’expérience de la carence, que ce soit au niveau social puisque le contexte arabo-musulman condamne l’enfant né hors mariage et sa mère à la discrimination et l’exclusion. La jeune femme est considérée comme porteuse de honte, les mères sont jugées comme uniques responsables de leur acte puisque la société marocaine estime que c’est à la femme de protéger son honneur. Sur le plan juridique, l’abandon d’enfants au Maroc résulte donc du statut extrêmement marginal des mères célibataires. Celles-ci sont condamnées à l’opprobre pour avoir « fauté » et sont passibles de poursuites en vertu de l’article 490 du Code pénal qui punit les relations sexuelles hors mariage. L’homme, évidemment, peut y échapper en niant les faits. La mère n’ayant pas le droit de demander un test de paternité auprès du tribunal, elle demeure la seule coupable.»

Insaf revendique soit la suppression de l’article 490, soit sa révision en introduisant « une immunité » pour la mère célibataire. Par ailleurs, l’étude du droit de la famille menée par l’association INSAF indique que la filiation paternelle n’existe pas. Pour favoriser la garde des enfants nés hors mariage par leurs mères célibataires, Insaf mobilise une équipe d’assistantes sociales dans les maternités de Casablanca et dans son centre d’écoute pour assurer une écoute sociale active, adaptée et confidentielle.

Au cours de l’écoute sociale, les mamans dévoilent les conditions de leur grossesse , leurs relations familiales, leurs relations avec le père biologique, leurs craintes, etc. « Les gens manquent de rahma (de compassion) », témoignent en majorité les mères célibataires.
Pour beaucoup, le projet de vie est inexistant dans la mesure où « toutes leurs chances de réussite sont anéanties ». D’autres se disent « dévastées » par les bouleversements de leur présent, par un futur « voilé » qui s’appréhende et se perçoit dans le désarroi et l’anxiété. Le sentiment d’épuisement, le découragement et la perception d’être « au bout du rouleau », les caractérisent. En plus d’être désespérées, elles se sentent très coupables.

D’après El Miloudi Bouazaoui, coordinateur Programme rue SAMU SOCIAL , « ces femmes sont victimes de plusieurs agressions et notre travail est de les aider en les accompagnent jusqu’à l’association Insaf ». L’association Insaf, composée de psychologues et d’assistantes sociale oriente ces jeunes femmes.

« Ce sont des situations dramatiques, elles ne savent plus à qui s’adresser. Les familles les excluent, le père biologique disparaît, nous sommes toujours confrontés à cette réalité et nous avons toujours du mal à travailler réellement à l’insertion sociale de la maman auprès de la société, de la famille, d’un employeur», nous déclare Fatima Yacoub,  une assistante sociale de l’association Insaf. Ces jeunes femmes présentent des signes flagrants de précarité et elles n’ont ni ressources, ni recours pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs enfants (vêtements, couvertures, couches…). En outre, les maternités refusent de leur fournir l’avis de naissance des enfants si l’acte du mariage n’est pas présenté, ce qui empêche leurs mères de les inscrire dans les registres de l’état civil », souligne l’association.

Le Maroc a connu une certaine évolution en matière de protection des droits des femmes et des enfants . Cependant, sur le plan législatif et réglementaire, «  diverses discriminations flagrantes continuent de persister à l’égard de la mère célibataire et de l’enfant né hors mariage qui ne bénéficie pas d’un statut légal formalisé et accepté », précise  Driss Derraz, Inspecteur d’Etat Civil à division Hay Hassani lors de cette rencontre. « Malgré cela, au cours de l’année 2011, 255 enfants ont obtenu une reconnaissance de paternité et 20 mères célibataires ont acquis la reconnaissance de leur mariage, à l’amiable ou par la voie du tribunal de la famille », affirme Omar El Kindi, Président d’Insaf.

Suite à cette rencontre l’association Insaf ainsi que les acteurs associatifs concernés espèrent que le gouvernement se réveillera et pourra les aider et les accompagner dans la lutte contre la discrimination et la violence que subit la mère célibataire et son chérubin.

 

Fatimazahraa Rabbaj 

 

Plus d'infos

actualités maroc : Cigarette électronique, le ministère tire la sonnette d’alarme

Cigarette électronique, le ministère tire la sonnette d’alarme

Depuis l’arrivée de la cigarette électronique sur le marché marocain, les points de vents se sont multipliés de manière très rapide. On en trouve presque partout. Interpellé par cette «pouss…

actualités maroc : La CGEM valide l’extension de l’AMO aux soins dentaires à partir du 1er janvier 2015

La CGEM valide l’extension de l’AMO aux soins dentaires à partir du 1er janvier 2015

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a approuvé, lors d’une réunion du conseil d’administration de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), lundi à Cas…

actualités maroc : Le Prix l’Oréal-Unesco récompense la recherche féminine

Le Prix l’Oréal-Unesco récompense la recherche féminine

C’est dans le cadre du Grand Amphithéâtre de la Sorbonne que s’est déroulée mercredi 19 mars la cérémonie de remise des prix l’Oréal-Unesco pour « Les Femmes et la Science », en prés…