Accueil » Actualités » Fès: Grave conflit social à City Bus

Fès: Grave conflit social à City Bus



citiybus

Des employés de la société City bus, délégataire du service de transport urbain à Fès, ont empêché lundi la sortie des bus pour protester, disent-ils, contre des «licenciements abusifs», alors que City Bus dit avoir «respecté l’ensemble de ses engagements contenus dans le contrat de gestion déléguée», ainsi que les dispositions du Code du travail.

Les deux parties se rejettent les responsabilités de la détérioration de la situation, alors que des réunions se poursuivent pour tenter de débloquer la situation. Les usagers, eux, s’arment de beaucoup de patience, en attendant de revoir les bus remis en circulation, le plus tôt possible.

Entre autres, les employés en question expliquent ce mouvement de grève par «des décisions abusives prises par City Bus, des tentatives répétées de museler les syndicalistes et les pousser à la démission, de non règlement d’arriérés accumulés depuis la défunte Régie Autonome de Transport Urbain».

Dans un communiqué publié en fin d’après-midi, City-Bus accuse ouvertement une «poignée d’employés expulsés en raison de fautes graves d’être derrière le blocage des portes du parking de la société», mais aussi de la «séquestration par la force de l’ensemble du personnel».

City-Bus, qui s’estime victime de calculs politico-syndicaux, indique qu’elle n’a reçu aucun dossier revendicatif pour qu’elle puisse l’étudier. Elle conclut, à partir de là, que l’objectif de ce mouvement est de «porter préjudice à la réputation de la société et aux efforts qu’elle ne cesse de consentir pour offrir un service de qualité aux usagers du transport urbain de la ville».

City-bus a démarré son activité le 1er septembre dernier, après avoir remporté l’appel d’offres lancé par la commune urbaine pour la gestion déléguée du transport urbain.

Le contrat de concession, qui s’étale sur une période de 15 années renouvelables, engage la société à investir quelque 410 millions de DH au bout de 5 ans, avec l’objectif de redresser le secteur, d’améliorer l’image du bus et d’offrir un service de qualité.

Lors d’un point de presse, tenu pour lancer de nouveaux bus et évaluer l’action de la société durant les six premiers mois, son PDG, Ali Motie avait fait état de «pertes mensuelles de trois à quatre millions de DH, dues en partie à des problèmes de non-respect des dispositions réglementaires et à l’anarchie qui règne dans le secteur des transports à Fès, dont le transport clandestin et les grands et petits taxis en étaient les principaux acteurs».

De son côté, le vice-président de la commune urbaine, Allal Amraoui, avait jugé le bilan des six premiers mois de la gestion déléguée du service de transport urbain «très acceptable, au vu des difficultés dont pâtissait la Régie autonome des transports urbains de Fès, qui s’acheminait vers la liquidation judiciaire».

Plus d'infos

actualités maroc : Ukraine: la confrontation reprend le dessus

Ukraine: la confrontation reprend le dessus

Le vice-président américain Joe Biden a mis en garde mardi la Russie contre “l’isolement” qui la menace si elle continue de vouloir “démembrer” l’Ukraine en sout…

actualités maroc : Brésil: émeutes violentes à Copacabana, mort d’un habitant

Brésil: émeutes violentes à Copacabana, mort d’un habitant

Au moins une personne est morte au cours de violentes émeutes qui ont éclaté mardi soir à Rio dans une favela du quartier touristique de Copacabana, à quelques semaines du coup d’envoi de l…

actualités maroc : Ce Driss, quel lascar…

Ce Driss, quel lascar…

Ahmed Zaïdi, éminent membre de l’Union Socialiste des Forces Populaires, ancienne icône de la TVM, homme de combats et de convictions, vient de faire mentir une tradition aussi ancienne que la fo…